Le versant mental de la préparation sportive – II

L’imagerie mentale

Il s’agit d’une méthode cognitive qui repose sur le processus de représentation des objets des situations ou des mouvements. On parle aussi en général de visualisation, de répétition mentale, d’imagerie ou d’entrainement mental.

Vous avez déjà probablement vu les images de la patrouille de France qui répète mentalement, ce que la patrouille appelle la « musique ».

imagerie mentale

Dans l’idée, il s’agit de reproduire des situations précises (situation de jeu, situation de blessure, précédant état de fluidité) pour soi améliorer un geste technique, une réaction face à une situation, voir pour désamorcer des peurs face à des situations de blessure. Dans ce dernier cas, il peut être plus efficace de le faire un cadre où un thérapeute vous guide dans le processus d’imagerie.

Le type d’imagerie à pratiquer est variable selon l’objectif et le moment où il est pratiqué (Période de soin post blessure/post-op, période de rééducation, période de réathlétisation). Dans certains cas, les gestes à visualiser seront orienté vers la guérison, ou un geste du quotidien ou un geste technicotactique. On peut chercher les sensations kinesthésiques, se rapprocher de ce qui peut être vécu lors des états de fluidité.

Il y a deux types d’imagerie :

  • Interne : la situation est vécue de l’intérieur, à la première personne.
  • Externe : la situation est vécue de l’extérieur comme si on la voyait à travers une caméra.

Chacune a ses avantages, la première est parfaite pour l’amélioration d’un geste précis ou une performance dans un sport individuel. La seconde est plus intéressante pour un jeu collectif pour analyser les positions et les actions en fonction de l’environnement. Dans la pratique, il est parfois difficile de contrôler le type d’imagerie au premier abord qui se fera naturellement. Parfois, la vue externe se met automatiquement en place, parfois c’est la vue interne.

L’usage de la vidéo

Il est aussi possible d’utiliser la vidéo pour mettre en place de l’imagerie mentale. En reprenant des vidéos de l’activité, et en stoppant à des moments clés. Dès lors, il faut alors imaginer la suite. Comment résoudre cette situation (situation de jeu, situation de blessure, situation de peur, d’appréhension) ? Quelles sont les sensations sur ce mouvement ? etc…

Un exemple d’exercice (pour l’amélioration d’un geste sportif)

Imaginez vous dans un endroit où vous vous entrainez habituellement,

Cet endroit est vide à l’exception de votre présence.

Sentez l’appui de vos pieds sur le sol.

Vous sautillez sur place, essayez de sentir la sensation de tension dans les jambes, au saut et à la réception.

Maintenant, visualisez-vous répétant ce geste que vous voulez améliorer encore et encore,

Voyez-vous pratiquer de l’intérieur puis sortez de votre corps et voyez vous pratiquez comme si vous regardiez un film de vous-même.

Maintenant retournez dans votre corps et continuez à pratiquez ; ensuite, essayez de sentir vos mouvements, les sensations produites.

Maintenant, mettez les sensations et les images ensemble.

 

Pour aller plus loin :

 

Source :

Le Scanff C, Les méthodes de base de la préparation mentale, in Manuel de psychologie du sport, Edition EPS, 2003, pp 82-89

 

Le versant mental de la préparation sportive – I

La préparation mentale

 

Lorsque l’on se prépare à un évènement sportif, c’est une course de fond. Il y a des passages à vide comme des moments de fluidité où tout se fait naturellement. Il n’est pas toujours évident de gérer ces premiers, tout comme il est possible de se laisser griser par les seconds. Voici quelques concepts utiles lorsque vous préparez ce type d’évènement.

  • « Le compte épargne succès »

Il y a un concept détaillé par Joe Friel[1] assez intéressant pour gérer cette problématique. Il parle de compte épargne succès. Dans l’idée, il s’agit de placer virtuel l’ensemble de ses réussites pour s’en resservir dans les moments difficiles. Il peut être intéressant de le faire le soir, allonger dans le lit la lumière éteinte afin d’avoir sa concentration tournée uniquement vers ce moment. Profitez-en pour passer la séance du jour, les précédentes séances, et chercher des réussites (un temps, une distance, un score, un objectif, le fait d’être arrivé au bout d’une séance difficile). Repensez-y jusqu’à vous endormir. C’est un moyen pour Friel d’effectuer un dépôt sur ce compte.

Ainsi, chaque qu’une petite voix négative vous dit que vous n’y arriverez pas, n’hésitez pas à faire un retrait, repensez à ces réussites, revivez-les. Chaque fois que quelqu’un est négatif par rapport à vos chances de réussite, puisez dedans.

  • L’état de fluidité :

Fluidité

Le concept de fluidité (D’après Target et Petitjean, 2016 ©Méthode Target).

Le concept de fluidité ou flow [2] est un état où il y a une concordance entre les exigences de la tâche et les capacités de l’individu. Celle-ci peut-être de différentes natures, cela peut être un état de bien-être (sérénité, bonheur, maitrise, facilité, confiance) ou dans le cadre de la performance (Efficacité maximale, facilité, confiance, contrôle total et perfection). Il peut y avoir aussi des états de micro-fluidités lorsque des actions semblent fluides. Souvent, cet état est décrit comme une sorte de moment de grâce où tout se fait de manière automatique et optimale, avec un sentiment de liberté.

Les deux états de fluidité/bien-être et de fluidité/performance se différencient par le niveau d’enjeu et les ressources mobilisées pour réaliser celui-ci. La prise de risque peut être plus importante pour la seconde situation. C’est à dire qu’il sera question de pratiquer son sport en allant s’approcher de sa limite personnelle, sortir de sa zone de confort (ce qui est illustré par la zone du défi sur la figure ci-dessus).

Lors de cet état, il est facile de se laisser gagner par l’euphorie. Attention à ne pas perdre de vue les informations de terrain et de prendre de mauvaise décision.

  • Tenir un journal de bord:

Lorsque l’on veut progresser, il peut être intéressant de tenir un carnet pour y noter le déroulé des séances, les sensations, la fatigue, etc… Cela vous permettra de voir votre progression et surtout de détecter les premiers signes de sur-entrainements. Ce dernier sera aussi d’une aide précieuse pour l’entraineur, comme les professionnels de santé qui seront consultés au cours de la préparation.

  • Pour aller plus loin:

  • Sources :

[1] Friel J, La bible du triathlon, 2ème édition, 2016, Talent sport : pp 3-12.

[2] Target C, La bible de la préparation mentale, de la théorie à la pratique, 1ère édition, 2016, Amphora, 763p.

 

Lombalgie durant la grossesse, que peut faire l’ostéopathe ?

Dans le contexte de la grossesse où peu de médicaments sont autorisés et où les anti-inflammatoires sont contre-indiqués, il peut être intéressant de faire appel à un ostéopathe.

D’après la revue cochrane de Liddle et de ses confrères, l’ostéopathie associée à une prise en charge classique permet de soulager la douleur et d’améliorer la mobilité lors d’un lumbago par rapport à la prise en charge classique seule. Cette réponse est médiée par l’activation des circuits à endorphines au niveau du système nerveux central.

Elle montre également qu’une prise en charge ostéopathique durant le troisième trimestre de la grossesse permet de prévenir l’apparition de douleur lombaire lors de la fin de grossesse.

Cet effet de l’ostéopathie dans la prise en charge des douleurs lombaires avait été déjà souligné par une méta-analyse conduite par Franke et ses collègues.

Au-delà de ces résultats, la prise en charge ostéopathique de la femme enceinte permet à celle-ci de s’adapter aux changements posturaux induits par la grossesse : centre de gravité plus antérieur, accentuation des courbures rachidiennes (Figure 1). Les techniques employées sont adaptées à l’état de santé de la future maman et le traitement est effectué en fonction des positions les plus confortables pour elle.

Figure 1. Changement de la posture au cours de la grossesse.

Comme pour une prise en charge classique, il est normal de ressentir des courbatures ou de la fatigue durant 48h après le traitement.

 

Sources :

Franke H, Franke JD, Fryer G, Osteopathic manipulative treatment for nonspecific low back pain: a systematic review and meta-analysis, BMC Musculoskeletal Disorders, 2014, 15: 286.

Greenwood CJ, Stainton MC, Back Pain/Discomfort in pregnancy: Invisible and Forgotten, J Perinat Educ, 2001, 10(1): 1-12.

Liddle SD et Pennick V, Interventions for preventing and treating low-back and pelvic pain during pregnancy, Cochrane Database of Systematic Reviews 2015, Issue 9, Art. No: CD001139.

Michonski J et coll, Monitoring of spine curvatures and posture during pregnancy using surface topography – case study and suggestion of method, Scoliosis and spinal disorders, 2016, 11(Suppl 2): 31.